Depuis les dernières années, les scientifiques ont cherché à comprendre l’effet de ces petites aiguilles sur le corps des patients. L’imagerie médicale a permis de faire des constats renversants et de contredire une idée longtemps répandue voulant que les effets de l’acupuncture se résument au simple effet placébo. Par exemple, des CT Scans ont récemment permis de constater les effets de l’acupuncture sur les régions cérébrales en lien avec la perception et la modulation de la douleur (voir les images ci-dessous).

        On sait par ailleurs que l’acupuncture a un effet sédatif, calmant et relaxant sur le corps, d’où son efficacité à traiter les troubles du sommeil ou du stress. De même, les acupuncteurs soutiennent que leurs interventions permettent au corps de s’activer pour rétablir son état d’équilibre naturel, concept que la médecine désigne par le terme homéostasie. Ceci s’expliquerait par l’influence exercée par l’acupuncture  sur les systèmes nerveux sympathique et parasympathique de même que sur le système hormonal. Sans compter que les différents outils thérapeutiques favorisent les mécanismes naturels de guérison du corps en stimulant la circulation locale, la régénération des tissus, la reproduction cellulaires et l’oxygénation. Mentionnons aussi que l’acupuncture joue un rôle sur le système immunitaire en l’aidant à mieux moduler son intervention selon les besoins du corps, d’où son efficacité reconnue dans le traitement de problèmes allergiques notamment.

En somme, le domaine de la recherche acupuncturale connaît une effervescence sans précédents qui nous permettra certainement, dans un futur rapproché, de traduire en des termes scientifiques et occidentaux, les mécanismes d’action de cette médecine appréciée depuis des siècles pour son efficacité.

e31405_844096f2de9f41a3adff918cd4eb6ad2

Commentaires

commentaire