La migraine: un mal de tête bien particulier…

« J’ai la migraine ». Voici une phrase que l’on entend couramment. La personne qui la prononce a certainement mal à la tête mais a-t-elle vraiment une migraine? En fait, environ 10% des gens seraient concernés par les migraines, la vaste majorité d’entre eux étant des femmes (3 femmes pour 1 homme).

La migraine est un type bien particulier de céphalée d’intensité modéré à sévère qui concerne un seul côté de la tête, souvent la région d’un oeil, et s’accompagne de l’un ou plusieurs des symptômes suivants: nausée, vomissements, sensibilité au bruit et à la lumière. Elle peut durer de quelques heures à 3 jours. On distingue la migraine avec aura, ou migraine ophtalmique, qui se manifeste par des signes annonciateurs de nature neurologique tels qu’une vision embrouillée, des points scintillants dans le champs de vision (scotomes), une difficulté d’élocution ou des engourdissements. Il convient donc de différencier la migraine des autres types de maux de tête tels que la céphalée de tension, assez répandue, qui prend plus typiquement naissance dans la nuque, en raison de raideurs musculaires, et concerne souvent toute la tête, donnant l’impression de porter un casque de douleur.

Pourquoi cette migraine vient-elle encore me gâcher la vie?

La médecine occidentale ne comprend très bien la cause biologique des migraines. Plusieurs hypothèses ont été énoncées, lesquelles impliquent essentiellement des phénomènes vasculaires et neurologiques. En résumé, la migraine serait la conséquence d’une diminution des taux de sérotonine, une substance dont la fonction est de transmettre l’influx nerveux entre les neurones. Cette diminution entraînerait un gonflement et une inflammation des vaisseaux sanguins du cerveau.

Si ce phénomène reste mal compris, les facteurs susceptibles de le déclencher sont bien identifiés. Au banc des accusés se retrouvent: certains aliments (café, alcool, chocolat, fromages vieillis et des agents de conservation tels que les sulfites, l’aspartame le MSG et les nitrites), les habitudes de vie en lien avec les repas (le jeûne ou le fait de retarder voire sauter des repas), le manque de sommeil, l’activité physique (excès ou insuffisance), les variations de climat ou de température, le stress, les stimulations visuelles ou sonores très vives, la fumée de cigarette, la pilule contraceptive et les changements hormonaux chez la femme. En fait, on remarque que les migraineux sont souvent très sensibles à tout changement de rythme de vie. C’est la raison pour laquelle certains d’entre eux sont abonnés aux satanés migraines de fin de semaine qui se pointent le bout du nez le vendredi soir ou le samedi matin alors que le corps commence enfin à décompresser. Tenir un journal de migraines est une bonne manière de cibler les déclencheurs.

La médecine chinoise rejoint la médecine occidentale quant aux facteurs susceptibles de déclencher les migraines. Elle répartit en fait ces derniers en deux catégories: ceux créant de la plénitude (un trop-plein) et ceux occasionnant un vide (déficience ou faiblesse). Ainsi, une migraine suivant une soirée très arrosée sera considérée comme une manifestation de plénitude tandis qu’une autre survenant pendant une période d’insomnie sera plutôt le symptôme d’une déficience.

Mais pour mieux comprendre les tenants et aboutissants de cette logique, il convient de se pencher un peu sur la mécanique entourant les migraines du point de vue de la médecine chinoise. Celle-ci considère cette affection comme une montée de Yang, énergie chaude et ascendante. À l’image du grenier qui est la pièce la plus chaude d’une maison, la tête a tendance a recevoir l’excès de chaleur généré par le corps. Le responsable de la juste répartition de l’énergie (Qi) dans le corps est le Foie, organe qui gère la libre-circulation des substances. Certains facteurs peuvent freiner ce mouvement fluide et entraîner un blocage, une stagnation de Qi. Après un certain temps, cette surpression d’énergie se transformera en cellule de chaleur qui, sous l’effet de certains déclencheurs faisant office d’étincelle, sera libérée pour monter de façon explosive vers la tête. Comme le Foie est associé à la Vésicule biliaire en médecine chinoise, la douleur de la migraine sera ressentie sur le trajet de ce dernier méridien qui dessert la région temporale, partant de l’oeil pour rejoindre la nuque et les trapèzes.

Mais qu’est-ce qui peut amener un corps à générer trop de chaleur? Deux cas de figures sont possibles: un excès de Yang (énergie chaude et stimulante) ou une insuffisance de Yin (énergie froide et reposante qui a pour fonction de tempérer le Yang). Comme je prends le temps de l’expliquer à mes patients à ma clinique de St-Jérôme, réduire les sources de Yang et cultiver les sources du Yin sont des solutions payantes à mettre en pratique au quotidien. Je parle chinois hein? En fait, l’idée est plutôt simple. Cultiver son Yin signifie simplement prendre le temps, chaque jour, de s’arrêter, de relaxer, que ce soit par des courtes séances de méditation, des exercices de respiration ou une marche contemplative. Dormir suffisamment et à des heures régulières est par ailleurs la voie royale pour tonifier son Yin. À l’inverse, réduire ses sources de Yang implique d’éviter tout ce qui stimule le système nerveux (stress, café, excès d’activité physique, longues heures devant l’écran lumineux… ) ou génère de la chaleur (alcool, agents de conservation, bain chaud…). On revient en somme à nos déclencheurs identités plus haut.

Comment se tenir bien loin des migraines?

Il existe sur le marché une panoplie de médicaments pour traiter la migraine. Pour les migraines plus légères, un simple anti-inflammatoire (Advil, Naproxen…) pourra suffire. Mais attention à la modération car ces derniers peuvent devenir la cause de migraines dites de rebond. Pour des migraines plus sévères, des dérivés de l’ergot ou des médicaments de la famille des triptans seront possiblement prescrits. Si les migraines surviennent plusieurs jours par mois, il pourra être nécessaire d’envisager un traitement préventif via une médication dite prophylactique, à prendre à tous les jours. Quoi qu’il en soit, une bonne discussion avec votre médecin est de mise.

Si les médicaments peuvent constituer une solution efficace et tentante, ils comportent aussi leur lot d’effets secondaires. Et ils nous font oublier que la migraine est souvent une manière pour le corps de sonner l’alarme afin de nous rappeler que quelque chose, dans notre rythme de vie, ne va pas. Ainsi, apporter quelques changements à nos habitudes de vie peut faire une grande différence. En effet, la plupart des gens trouveront leur situation grandement améliorée en évitant certains aliments, en faisant un peu d’exercice pour aider le mouvement fluide de l’énergie et en s’adonnant à des séances quotidiennes de méditation/relaxation pour se libérer du stress accumulé. Voilà des pistes de solution simples et accessibles qui redonneront à votre corps la capacité de s’auto-réguler, de retrouver son équilibre.

Bob Flaws, célèbre acupuncteur américain résume de façon claire et imagée ce phénomène de la migraine et les manières de la prévenir:

« la stagnation de l’énergie du Foie agit comme un autocuiseur (marmite Presto): lorsque la pression s’élève, il y a deux façons de la libérer, soit en stoppant la cuisson et en laissant refroidir, soit en ouvrant la valve pour faire évacuer la vapeur. Prévenir, c’est veiller à ce que la pression ne devienne jamais trop forte. La relaxation profonde pratiquée régulièrement amène un ralentissement de l’énergie dans le corps et diminue la pression, donc la chaleur; peu importe la méthode choisie, il importe de la pratiquer pendant au moins 20 minutes chaque jour de façon assidue. D’autre part, l’activité physique fait circuler l’énergie et le sang, elle prévient les stagnations et permet d’évacuer la pression: une activité cardiovasculaire pratiquée tous les deux jours est donc très libératrice ».
(http://www.passeportsante.net/fr/Therapies/Guide/ArticleInteret.aspx?doc=medecine_traditionnelle_chinoise_drapeau_c_1992_2_th)

Et l’acupuncture dans tout ça?

Chez Acupuncture du Nord, les migraines constituent une raison de consultation très fréquente. Et c’est éminemment satisfaisant de travailler avec des patients migraineux car ces derniers répondent très bien à la magie des petites aiguilles. Typiquement, une réduction significative de la fréquence et de l’intensité des crises est observée à l’intérieur de 3 à 6 traitements. D’ailleurs, les preuves cliniques de l’efficacité de l’acupuncture se multiplient depuis les dernières années au point que les médecins et neurologues réfèrent de plus en plus vers cette avenue thérapeutique.Citons à titre d’exemple cette méta-analyse du groupe Cochrane qui a synthétisé les résultats de 22 études totalisant près de 5000 patients (www.cochrane.org/fr/CD001218/lacupuncture-pour-la-prevention-des-crises-de-migraine). Tout un travail de compilations. Les conclusions qui en ressortent sont enthousiasmantes: « l’acupuncture peut être au moins aussi efficace que le traitement avec des médicaments prophylactiques ».

Comme le mentionne la Dre Élizabeth Leroux sur le pertinent site Migraine Québec, l’acupuncture, en plus de représenter une avenue thérapeutique efficace, a l’avantage d’être sécuritaire et de ne présenter aucun effet secondaire. Et si certains patients auront avantage à revenir chez leur acupuncteur sur une base régulière (souvent mensuelle), d’autres verront leur condition améliorée durant quelques mois suivant une courte série traitements. Dans tous les cas, « une amélioration initiale peut aider la personne à faire des changements dans ses habitudes de vie et diminue aussi le niveau de stress » (http://migrainequebec.com/index.php/128-publications-publiques/blogue-de-dr-leroux/303-l-acupuncture-pour-les-migraines-plus-efficace-que-ce-qu-on-croit). En d’autres termes, l’acupuncture constitue une manière sûre et naturelle de vous soulager de vos douleurs, vous offrant ainsi le répit dont vous avez besoin pour ajuster votre rythme à celui de votre corps. Car comme le rappelait le grand physicien Albert Einstein: «la plus grande force du corps est sa capacité d’auto-guérison ».

Références:

www.migrainequebec.com
passeportsante.net
fr.cochrane.org
migrainemontreal.com

 

Commentaires

commentaire